Les signaux d’apaisement du chien

Les éthologistes appellent « signaux d’apaisement » les postures, regards, mimiques et mouvements que les chiens produisent pour s’auto-calmer, apaiser une situation tendue, exprimer leurs intentions pacifiques ou encore faire comprendre à un autre chien (ou à un humain) qu’ils sont dans un état émotionnel inconfortable.
Les chiens qui n’ont pas été sociabilisés correctement à leur espèce ou qui ont été séparés trop tôt de leur fratrie n’auront pas appris le langage canin, et auront donc du mal à se faire comprendre et à comprendre les autres individus.
Les chiens utilisent aussi ces signaux pour communiquer avec l’espèce humaine, et il est important que nous puissions les décrypter pour éviter tout malentendu avec nos loulous !

Turid Rugaas, célèbre éducatrice canine norvégienne, en dénombre une trentaine. Le chien s’en sert pour apaiser un congénère, par exemple pour signaler à un autre chien qu’il n’est pas une menace, mais il peut aussi y recourir pour s’apaiser lui-même s’il est dans le doute, s’il est stressé ou s’il a peur.

Ce langage canin est universel : un chien asiatique comprendra très bien un chien africain, américain ou européen. Toutefois, quel que soit leur pays d’appartenance, les chiens qui n’ont pas été sociabilisés correctement à leur espèce ou qui ont été séparés trop tôt de leur fratrie n’auront pas appris le langage canin, et auront donc du mal à se faire comprendre et à comprendre les autres individus. De même, chaque animal étant unique, il peut y avoir des nuances dans l’utilisation qu’ils font d’un même signal.

Les chiens émettent aussi ces signaux envers les humains, alors que nous sommes d’une espèce différente de la leur. Malheureusement, ils ne connaissent que ce langage et considèrent (à tort) que nous le comprenons.

Lorsque nous parlons ou demandons quelque chose à notre chien, nous ne nous rendons pas toujours compte qu’il nous répond, à sa façon.

En apprenant à observer et à interpréter correctement certains indices que votre chien vous adresse, vous comprendrez peut-être mieux ses attitudes, notamment celles qui vous surprennent et qui apparaissent la plupart du temps lorsque ces signes d’apaisement ne sont pas respectés.

En effet, lorsque nous ne percevons pas les signaux que le chien nous envoie, lorsque nous nous trompons dans leur interprétation, ou, pire, si le chien est puni pour les avoir émis, nous pouvons commettre de gros dommages. Certains chiens vont arrêter d’émettre ces avertissements, puisque personne ne les comprend, quand d’autres peuvent devenir nerveux, angoissés, voire agressifs. Par exemple, un chien qui a donné plusieurs signes de peur et que l’on pousse tout de même dans ses derniers retranchements, sans respecter son stress, peut finir par mordre parce qu’il se sent acculé et qu’à force d’avoir prévenu, sans être compris, il ne lui reste que cette alternative.

Toutefois, le langage corporel canin, comme le nôtre, n’est pas univoque, et peut différer selon les individus. L’exemple le plus flagrant est celui du chien qui agite la queue : la plupart des gens pensent que le chien est content, alors que cela montre seulement qu’il est excité ; l’humeur du chien peut être alors aussi bien amicale qu’agressive ou peureuse.

Pour interpréter correctement une attitude, et éviter les conclusions hâtives qui ne mènent qu’à une incompréhension entre le chien et l’humain, il faut donc tenir compte de la situation et de l’ensemble des signaux corporels qui l’accompagnent : la position des oreilles, la gueule, les yeux, la rigidité du corps… Le tout étant modulé par la personnalité, mais aussi par la race.

Les principaux signaux d’apaisement du chien

Le chien s’immobilise

Le chien peut s’immobiliser lorsqu’il ne se sent pas à l’aise dans une situation, on parle alors de « gel ». C’est un comportement qui ressemble à la prédation : lorsque la proie court, le prédateur attaque. Si elle s’immobilise, il fait de même et attend le moment opportun pour attaquer.
Lorsqu’il est en relation avec l’humain, le chien qui s’adonne à ce comportement peut ressentir de la peur (si on crie, si on est agressif, si on l’inquiète, s’il voit approcher un autre chien, etc.), il ne se sent pas à l’aise, et a besoin d’adopter ce comportement pour se calmer ou calmer son interlocuteur.

Il peut aussi évoluer selon différentes séquences comme marcher lentement, puis s’arrêter, s’asseoir, attendre quelques secondes puis se relever, se coucher en tenant la tête bien droite (en sphinx), se relever et rester immobile, et ainsi de suite.

Le chien se lèche les babines ou la truffe

Là encore, le chien a du mal à gérer une situation, il ne se sent pas très à l’aise. Il arrive que le « coup de langue  » soit très rapide, presque imperceptible pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’observer ce signe, utilisé par les chiens qui ont des poils devant les yeux ou dont la morphologie n’aide pas à identifier les mimiques faciales.

Certains chiens se lèchent la truffe tout en marchant. Même s’il est exécuté de façon rapide, les autres chiens s’aperçoivent de ce signal et y répondent à leur manière. D’autres variantes existent, comme se gratter ou se secouer.

Le chien détourne la tête, le regard ou le corps tout entier 

Quand quelqu’un s’approche du chien de face, et quand ce quelqu’un (ou vous-même) lui paraît inquiétant ou agressif, quand vous voulez le gronder, quand vous faites des séances d’exercices trop longues ou quand il est surpris, il va alors se retourner vivement.

Ce signal peut être aussi utilisé lorsque quelqu’un s’approche du chien et que celui-ci ne veut pas établir de contact. 

Le chien peut simplement tourner la tête de côté ou se retourner complétement de façon à présenter son postérieur. Ce signal est très fréquemment utilisé chez la majorité des chiens, comme le bâillement et l’étirement.

Entre deux chiens, ce signal est très efficace : il va calmer l’autre. C’est donc un bon moyen d’éviter les conflits. Cela peut servir également à calmer l’excitation des chiots qui gesticulent nerveusement.

S’il vous arrive de rencontrer un chien qui adopte cette attitude, ne l’obligez surtout pas à accepter vos caresses ou à supporter votre regard. Comportez-vous comme s’il n’était pas là et attendez qu’il fasse de lui-même la démarche de venir vers vous. Et s’il ne la fait pas ? Il faudra vous faire une raison : gardez en tête que le chien n’est pas forcé de souhaiter établir une relation avec vous.

Le chien se couche sur le dos et présente son ventre, pattes en l’air

C’est le signal d’apaisement ultime, car le chien adopte ici une soumission passive.

Cette attitude a aussi pour effet de montrer son intention non agressive et a un pouvoir auto-apaisant.

Le chien s’assoit et/ou lève une patte

Ce signal n’est pas le plus fréquent dans les signes d’apaisement, mais il est utilisé occasionnellement par certains chiens.

Il peut servir à calmer un chien qui s’approche trop rapidement ou calmer son maître qu’il perçoit comme en colère ou fâché.

Le chien renifle le sol

Le chien peut renifler le sol tout en regardant devant lui ou sur le côté à l’approche d’un individu ou d’un objet inconnu, dans les endroits bruyants et stressants, dans un groupe de chiens non attachés, ou encore lorsque vous marchez dans la rue avec votre chien en laisse.

Cette attitude ressemble à une activité de substitution, qui a pour but le rétablissement d’un confort intérieur. Chez les humains, cela reviendrait à se ronger les ongles, jouer avec ses cheveux, tout ce qui peut distraire d’une inquiétude ou d’un stress. On la rencontre aussi beaucoup dans les groupes de chiots.

Le chien bâille et parfois s’étire

Le chien peut se mettre à bailler et éventuellement à s’étirer si :
– quelqu’un se penche au-dessus de lui
– il a l’impression que son humain est en colère
–  les cris et les disputes raisonnent dans la maison
– il est dans la salle d’attente du vétérinaire et qu’il est inquiet
– quelqu’un marche directement sur lui
– son propriétaire lui demande de faire quelque chose qu’il n’a pas envie de faire
– la séance d’éducation canine dure trop longtemps
– vous lui interdisez de faire quelque chose
– il essaie de calmer un autre chien (ou un humain) qui s’approche et dont il ne connaît pas les intentions
– il est excité, impatient et joyeux, par exemple au moment de prendre son collier et sa laisse pour l’emmener en promenade.

Le chien fait des mouvements lents 

Les chiens peureux, inquiets ou mal à l’aise peuvent utiliser ce mécanisme de défense qui a un effet calmant et rassurant. En approchant ainsi, le chien signifie qu’il ne vient pas chercher les problèmes, mais aussi qu’il est mal à l’aise et quelque peu inquiet.

Est-ce que votre chien arrive vers vous très lentement lorsque vous l’appelez ? Si c’est le cas, interrogez-vous sur le ton de votre voix. 

Votre ton est-il strict ou colérique ? Cela peut l’inquiéter, et il essaie peut-être de vous calmer en avançant lentement vers vous.

Avez-vous déjà été en colère contre lui alors qu’il revenait ? Cela pourrait lui faire perdre confiance en vous.

Observez-le bien la prochaine fois que vous l’appelez, essayez de repérer d’éventuels signaux de sa part lorsqu’il s’approche, et, si nécessaire, changez votre façon de l’appeler.

Le chien avance de biais

Certains chiens contournent lentement une situation qu’ils veulent commencer par évaluer. Ils peuvent incliner légèrement la tête et s’approcher de biais, en même temps que leur regard parcourt les lieux pour recueillir un maximum d’informations sur l’environnement intimidant.

On peut le voir notamment lorsque deux chiens se croisent et qu’ils ne peuvent échapper à la promiscuité : ils vont essayer de s’écarter au maximum l’un de l’autre, se contourner, se jauger. Les humains ont tendance à vouloir forcer les chiens à faire connaissance en les amenant face à face, ce qui peut être très inquiétant pour un chien. S’ils ne sont pas en laisse, c’est donc de cette façon qu’ils s’approcheront l’un de l’autre, de manière à donner une information apaisante et à s’auto-calmer devant une situation potentiellement inquiétante.

Certains chiens vont faire de grandes courbes en avançant lentement, et d’autres des petits écarts. La meilleure attitude est de laisser le chien libre de ses mouvements afin qu’il puisse établir la distance qui le rassure et le sécurise.

Si vous devez vous approcher d’un chien qui ne vous connaît pas ou qui est terrorisé, essayez d’adopter cette attitude apaisante, plutôt que de l’aborder de front, en face à face.

Le chien appelle au jeu 

Pattes antérieures au sol, le postérieur en l’air : cette posture du chien est facile à reconnaître. Il peut aussi bouger ses pattes l’une après l’autre, et certains individus très exubérants complètent cela par des jappements, aboiements, gémissements et autres sautillements sur place.

Il s’agit d’une invitation à prendre part au jeu pour calmer un humain en colère et signifier qu’il n’est pas une menace, pour prendre les devants face à un chien qui l’inquiète, ou, lors d’une rencontre entre plusieurs chiens, pour signifier l’intention pacifique.

Le chien se secoue ou se gratte

Il peut arriver qu’un chien se secoue ou se gratte quand enfin son maître le lâche et/ou le repose sur le sol.

Ce geste a pour but de chasser son stress, de l’apaiser, et trahit donc le fait qu’il y avait jusqu’alors un malaise.

Le chien « sourit »

Le sourire du chien n’a vraiment pas la même signification que chez l’Homme, et est un parfait exemple de possible incompréhension entre le chien et l’humain, dès lors que ce dernier ne connaît pas le langage des chiens. En effet, il s’agit d’un rictus qui trahit l’inconfort et le malaise du chien.

Attention toutefois, ce signal d’apaisement diffère de l’action de montrer les dents de façon menaçante.

Le chien cligne des yeux, les ferme à moitié ou les ouvre en grand

Un chien qui cligne des yeux, les ferme à moitié ou au contraire les ouvre démesurément grands émet un signal d’apaisement exprimant son inconfort et son anxiété.

Le chien met les oreilles en arrière

Un chien qui met les oreilles en arrière exprime lui aussi que quelque chose ne va pas, que la situation présente lui est inconfortable.

D’autres signaux 

Lever une patte avant, par exemple, c’est ce que fait le chiot qui tète pour masser les mamelles maternelles et en tirer du lait. Ce geste reste donc chargé d’une émotion positive, sécurisante ; et pour le chien adulte c’est une manière de signifier : « Je suis un petit chiot, sans danger ».

Les battements de queue, ils sont généralement utilisés pour exprimer des émotions, mais ils peuvent éventuellement calmer un autre individu perçu comme inquiétant ; 

Le sourire du chien : certains chiens montrent les dents comme s’ils souriaient ;

Le léchage des lèvres de l’humain ou des babines d’un autre chien. Un chien peut ainsi sauter sur son maître et essayer de lui lécher les lèvres pour s’apaiser ;

Le chien qui urine sous lui : associé à d’autres signes (se recroqueviller, ramper vers son maître… etc), ce signal indique une forte émotion de peur.

Vous connaissez maintenant un peu plus la signification de certains comportements de votre chien. Pensez à les respecter et à vous adapter en conséquence, en évitant les interactions stressantes et les situations anxiogènes pour votre compagnon. 

Aussi, quand un chien envoie des signaux d’apaisement, ou que face à ces signaux ignorés il se met à grogner, il faut lui montrer que son message a été compris, et donc cesser de faire ce qui est en train de le mettre mal à l’aise. A force de voir que son langage canin est respecté, le chien va faire confiance. Or la confiance est le point essentiel dans la relation avec un chien, tout particulièrement pour l’apprentissage de choses contraignantes, comme se laisser faire lors de manipulations. Une fois que le chien fait confiance car il constate que son langage canin est respecté, il se sent plus à l’aise et supporte davantage de choses. 

Dans la même logique, si vous sentez que votre chien n’est pas à l’aise ou si vous vous trouvez face à un chien qui adopte une de ces attitudes d’apaisement, n’hésitez pas à vous servir à votre tour de ces signaux pour indiquer votre intention non agressive.

Par ailleurs, lors d’une rencontre entre chiens, ne forcez jamais deux chiens à faire connaissance de face : laissez-les évoluer à leur guise, et si vous sentez qu’ils n’ont pas envie de nouer un contact, respectez-les et laissez-les faire. L’idéal est de se situer dans un espace ouvert, assez grand, afin de leur permettre de rétablir une distance critique supportable, et éventuellement de ne pas se croiser.

Les signaux menaçants du chien

Si les signaux d’apaisement n’ont pas été suffisants et que la situation posant problème perdure, le chien passe à des messages beaucoup plus clairs. Ces signaux d’apaisement menaçants indiquent un danger immédiat pour celui qui désormais est clairement considéré comme un agresseur, s’il ne met pas fin au geste qui les a provoqué.

Le chien grogne

D’abord sourd, le grognement monte en intensité si le message n’est toujours pas compris. L’agresseur doit cesser l’action qui dérange l’animal.

Le chien montre ses dents ou mord dans le vide

Difficile d’être plus clair. Un chien qui montre ses dents est clairement à la toute dernière étape avant de passer à l’acte. Sa patience a atteint ses limites. Clairement, le chien est excédé, et il peut d’ailleurs arriver qu’il couche les oreilles en plus de montrer ses dents, ce qui traduit une tension et une inquiétude extrêmes.
Histoire que les choses soient encore plus claires, il peut aussi arriver que le chien morde dans le vide. C’est le dernier avertissement…

Le chien mord

La morsure d’un chien est évidemment la réponse ultime, celle qu’il utilise en désespoir de cause, quand toutes les autres ont échoué. 

De fait, quand on dit d’un chien qu’il a mordu sans prévenir, c’est généralement faux : il a envoyé des alertes et des avertissements, mais ceux-ci n’ont pas été perçus, ou bien mal interprétés, ou tout simplement ignorés.

Ces avertissements n’incluent pas forcément des grognements : il peut très bien arriver qu’un chien morde sans avoir grogné auparavant. C’est notamment le cas des chiens qui ont l’habitude de se faire réprimander quand ils grognent.

Au final, pour partager une vie harmonieuse et épanouie avec les membres de cette espèce différente de la nôtre, il importe d’établir un bon mode relationnel. Quel que soit l’âge du chien, un comportementaliste canin pourra vous aider à décoder le comportement de votre animal, et ainsi établir avec lui un bon relationnel.

Article d’après Chien.com

Pour aller plus loin :

Les signaux d’apaisement : Les bases de la communication canine

Turid Rugaas nous offre un cadeau inestimable sur la communication canine qui nous aide, maîtres, éducateurs ou compétiteurs, à rester à l’écoute et à adapter notre comportement pour une cohabitation canine et humaine harmonieuse et bienveillante. Dans ce livre vous apprendrez à identifier des situations stressantes pour votre chien, rééduquer un chien qui a perdu sa capacité à interagir socialement, devenir un observateur subtil du comportement de votre chien afin d’obtenir un meilleur comportement et de construire une meilleure relation avec lui.
88 pages

A lire…

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •